Devil III : Faucheuse d’âmes

 

Le vrai visage de Diablo

La série Diablo revient avec une force renouvelée grâce à cette grande expansion qui non seulement améliore l’expérience globale de l’original, mais le fait aussi grandir avec de nouveaux modes de jeu qui promettent de nous garder fidèles à Reaper of Souls pendant longtemps.

L’Ange de la Mort, Malthael, a déclenché sa colère sur le royaume de Westmarch, emportant avec lui des milliers d’innocents qui n’ont pas pu affronter les forces obscures commandées par cet ennemi redoutable. Un rival que nous devrons affronter dans la nouvelle Loi qui donne forme à la première grande expansion du contenu Diablo III, qui améliore considérablement l’expérience du jeu par rapport à l’original dans des aspects fondamentaux tels que la rejugabilité ou la distribution du booty.

Parce que maintenant, plus que jamais, c’est très amusant de mesurer nos forces contre les hôtes démoniaques, dans un jeu qui se sent plus juste et plus équilibré qu’au début grâce aux ajustements importants faits par Blizzard. Une équipe qui, loin de se contenter de ce qu’elle avait déjà, ou de jeter directement les bases, s’est battue depuis deux ans pour mettre au point un jeu vidéo qui, cette fois-ci oui, distille l’essence que de nombreux fans de Diablo réclament depuis un certain temps. Épique, très stimulant et avec beaucoup de contenu à explorer, Reaper of Souls est là pour rester longtemps dans nos équipes.

Essence Diable

Comme Lord of Destruction l’a fait dans le passé, la première et la seule expansion du contenu du classique Diablo II, Reaper of Souls apporte suffisamment de nouveautés et d’améliorations pour faire du travail de Blizzard un titre incontournable pour tout fan du genre. Et nous n’exagérons pas le moins du monde, puisque maintenant le jeu se déroule comme Devil III aurait dû l’être dès le début.

Si nous parlons du nouvel Acte V, qui nous amène pour la première fois dans la saga au royaume de Westmarch, cela semble franchement bien. Même surprenant à certains égards. Surtout parce qu’esthétiquement, il récupère l’essence la plus sombre et la plus sinistre de la série, nous donnant l’occasion de combattre une bonne poignée de nouveaux ennemis dangereux dans un environnement de jeu magistralement conçu qui se distingue également par sa variété de lieux. Ce qui n’est pas rien quand il s’agit d’expansion. Mais l’important ici, c’est le jeu lui-même, la manière dont l’action se développe, et en ce sens, Blizzard a aussi répondu aux attentes.

Surtout en ce qui concerne la conception intelligente et variée des missions auxquelles nous serons confrontés, avec un afflux important de chefs et d’ennemis d’élite qui nous obligeront à donner le meilleur de nous-mêmes pour survivre aux dures batailles qui nous attendent. Collecte d’objets magiques, annihilation de hordes démoniaques, duels face à face contre des créatures dangereuses du monde souterrain… sans rien d’original dans la plupart de ses objectifs, Reaper of Souls parvient du début à la fin à garder très haut l’intérêt pour son action, soit par l’attrait de son scénario soit par l’intensité des combats, qui dans certains cas nous laissent la bouche ouverte.

Le sentiment de liberté par rapport à l’original a également été grandement amélioré dans le sens où les scènes sont maintenant plus grandes et plus labyrinthiques, avec un plus grand nombre d’événements aléatoires et de donjons optionnels cachés à l’intérieur. Tout reste pareil, c’est vrai, mais le sentiment est celui d’être face à un jeu vidéo plus varié et surprenant que l’original, ce qui enrichit aussi considérablement l’exploration des environnements avec un seul objectif en tête : obtenir le meilleur résultat possible. Et c’est quelque chose que nous pouvons enfin réaliser selon nos propres mérites sans souffrir de maux de tête majeurs ou avoir recours à l’ancienne et controversée maison de vente aux enchères.

Une croisade renouvelée

Avec l’Ange de la mort comme grand ennemi de cette expansion, Reaper of Souls maintient le type au niveau de l’intrigue en fermant certaines des extrémités laissées par l’original, tout en ouvrant de nouvelles avenues qui pourraient être explorées dans l’avenir avec d’autres extensions ou un possible Devil IV. Rien d’officiel, bien sûr, parce que même l’équipe de développement a souligné qu’ils n’y pensent pas pour le moment, mais la vérité est que l’histoire nous laisse en vouloir plus. C’est très intéressant, parfois même excitant ; cela inclut des affrontements contre des ennemis que nous n’aurions jamais imaginés, et cela élargit aussi considérablement l’arrière-plan de l’univers du Diable avec une série de complots de conspiration que nous avons aimé.

Ça aurait pu être mieux, c’est vrai, surtout pour cette fin un peu abrupte qui nous laisse un sentiment aigre-doux. Mais il est indéniable que l’atmosphère plus sombre et plus sinistre dont cette expansion a été dotée en fait gagner beaucoup. La présence du croisé aide aussi beaucoup. Le nouveau type de personnage qui s’ouvre avec Reaper of Souls, et qui surprend par sa polyvalence au combat. Ce héros, qui nous rappelle sans doute le paladin mythique de Diablo II, se débrouille parfaitement aussi bien dans le travail offensif, grâce à sa maîtrise des armes blanches et des pouvoirs célestes, que dans la défense, s’appuyant sur son énorme résistance et ses auras magiques dont lui et ses alliés pourront bénéficier.

Des héros qui ont aussi vu leur puissance augmenter avec de nouvelles compétences et des runes qui seront déverrouillées en route vers le nouveau niveau de puissance maximum fixé à 70, mais contrairement à l’original, ce n’est pas tout, grâce au nouveau système Paragon 2.0, qui nous permettra de continuer à acquérir des points de compétences supplémentaires pour personnaliser notre guerrier plus consciencieusement. Parce que dans ce cas, nous parlons de la possibilité d’investir librement ces points d’expérience dans quatre catégories différentes.

Basique, dans lequel nous trouvons les attributs traditionnels de force, dextérité, intelligence et vitalité ; Offensif, qui nous donnera l’occasion d’améliorer des aspects tels que la vitesse d’attaque, les dégâts critiques, la réutilisation des compétences actives, etc. Défensif, qui nous permettra d’améliorer la vie, la résistance aux états altérés, la capacité de bloquer et d’esquiver, etc. ; et Utilitaire, qui variera en fonction du type de personnages que nous contrôlons, améliorant les aspects qui le rendent unique. Il n’atteint pas le niveau de personnalisation de Diablo II, par exemple, mais il représente un grand pas en avant qui satisfera sans doute, quoique partiellement, la plupart des vétérans.

Aventures en sanctuaire

Si ce que nous avons vu jusqu’à présent semble trop peu pour une expansion, il est à noter que Blizzard a une surprise pour les fidèles adeptes de l’univers du Diable : le nouveau mode Aventure. Ou en d’autres termes, la même chose. L’excuse parfaite pour ceux qui sont fatigués de répéter encore et encore des missions en mode Histoire pour avoir l’opportunité de continuer à améliorer leurs compétences de combat sans distractions d’aucune sorte. Affrontant une quantité énorme de missions aléatoires dispersées à travers chaque acte de la campagne, ils se battent contre certains des ennemis les plus puissants de Devil III. Ce n’est pas rien.

En finir avec un patron, exterminer des dizaines d’ennemis, protéger une position des vagues démoniaques incessantes, récupérer un objet de grande valeur… fidèle au style propre de la série, dépasser ces missions ne nous prend pas plus de quelques minutes par chacune d’elles ; mais telle est l’intensité de ces batailles, et il est tellement amusant de les terminer, que vraiment il sera très difficile pour vous de ne pas tomber dans la griffe addictive de ce nouveau jeu de mode. Des aventures supplémentaires qui, bien sûr, sont beaucoup plus appréciées en compagnie d’autres joueurs… Et ce n’est pas tout !

Parce que l’équipe de développement a également intégré de nouveaux niveaux de difficulté afin que, dès le début, nous puissions configurer le degré de défi du jeu en choisissant parmi les six variables disponibles : Normal, Difficile, Expert, Maître et Tourment, qui à son tour est divisé en six niveaux de difficulté supplémentaire, vous voulez un défi à la hauteur ? Eh bien, vous l’avez là. Et nous vous avions prévenu, certains défis vous donneront du fil à retordre. Ce que, d’un autre côté, nous aimons. Comme nous avons aussi été extrêmement satisfaits des Fallas Nephalem.

Une autre des grandes nouveautés de ce mode Aventure, qui sont présentés comme une série de portails dimensionnels qui nous transporteront dans des donjons spéciaux dans lesquels nous devrons mesurer nos forces contre des ennemis aléatoires de tout acte du mode Histoire, luttant sans relâche jusqu’à ce que, le moment venu, le gardien du donjon apparaît qui, une fois vaincu – et ce n’est pas facile – nous récompense avec un butin de grande valeur. Allez, l’excuse parfaite pour nous tester constamment tout en prolongeant la durée de vie du jeu à des hauteurs insoupçonnées.

Et puisqu’il s’agit de trésors, on ne peut ignorer une autre des améliorations les plus remarquables de cette expansion : la distribution renouvelée du butin, qui est désormais plus juste, plus équilibrée et cohérente que celle du titre original… Les raisons ? D’une part, il ressort que les objets légendaires sont maintenant vraiment légendaires, montrant une série d’attributs uniques qui en font des pièces de grande valeur. On ne peut donc plus compter sur des objets magiques infiniment plus puissants que ceux de légende.

Mais ce qui est encore plus important, c’est qu’aujourd’hui, en règle générale, les objets qui tombent sont toujours liés au type de personnage que nous contrôlons. Évidemment, le looteo est encore aléatoire ; mais si nous jouons comme Cruzado, la chose la plus habituelle sera de nous trouver avec nos propres pièces de ce personnage et non avec un nombre infini de baguettes pour le magicien, des fajines de barbares, ou des arbalètes pour le chasseur de démons comme ce fut le cas avant cette rénovation complète. Un grand pas en avant qui permet de progresser avec nos héros maintenant un chemin beaucoup plus agréable, pour être en mesure d’améliorer constamment leurs statistiques avec une meilleure équipe de légende. Ces objets de grande valeur tombent peut-être trop souvent, mais c’est quelque chose qui devra être étudié avec plus de temps.

Ce qui devrait être clair, c’est que Diablo III dispose maintenant d’une magnifique base jouable qui allongera nos sessions de jeu avec lui pendant des mois ; et ce d’autant plus que la nouvelle équipe créative en charge du programme, avec Josh Mosqueria à sa tête, a de grands projets d’avenir avec l’inclusion des mythiques échelles ou saisons, qui vont pousser les joueurs à réaliser certains défis pour un temps limité afin d’obtenir des récompenses exclusives.

Beauté sinistre

Nous ne pourrions pas terminer cette analyse sans souligner également le travail fantastique réalisé par Blizzard au niveau audiovisuel, puisque Reaper of Souls est présenté comme un jeu vidéo vraiment spectaculaire. Surtout lorsqu’il s’agit de la conception artistique des environnements et des ennemis, qui ont une longueur d’avance sur la grande majorité des concurrents dans ce genre. C’est visuellement époustouflant, un vrai plaisir de se perdre dans les rues sinistres d’un Westmarch assiégé par les troupes de l’Ange de la Mort, tandis que nous explorons aussi des zones marécageuses sombres, un Pandemonium absolument spectaculaire ou des donjons sanglants alors que nous achevons des dizaines et des dizaines d’ennemis à la fois.

La qualité des effets de lumières et d’ombres, l’efficacité et l’attrait visuel des capacités spéciales de beaucoup de nos héros, ou la force avec laquelle les ennemis vont exploser en mille morceaux devant nous – laissant derrière eux une traînée de sang – font de cette expansion un titre vraiment absorbant. Une œuvre dans laquelle c’est un plaisir de se perdre en explorant ses vastes scènes, qui sont également décorées d’une bande sonore de grande qualité qui comprend des mélodies d’une qualité énorme. Sans oublier le fantastique doublage espagnol qui, cette fois-ci, met également en scène le dubber de Bruce Wayne dans les derniers films de Batman : Claudio Serrano.

Avec tout cela, la seule chose que l’on puisse dire, c’est que Blizzard a retrouvé le pouls de son travail en proposant un jeu vidéo qui distille l’essence Diablo que beaucoup de ses fans lui ont demandé. Le nouvel Acte V est passionnant et très spectaculaire, avec des missions épiques et très intenses dont nous ne nous lasserons guère avant longtemps. Mais même si c’est le cas, l’ajout du mode Aventure et des Fallas Nephalem est un autre atout qui améliore considérablement l’expérience globale du programme. Les changements dans le système de butin, l’augmentation du niveau de difficulté, les plus grandes options de personnalisation… sont autant de changements qui vont dans la même direction : créer un digne successeur du mythique Diable II.