Analyse Naruto Ultimate Ninja Storm 3 – Full Burst sur PC

Action et combat à neuf queues

Cela semblait impossible, mais finalement Naruto est sorti sur PC avec une bonne adaptation du remarquable jeu de combat Ultimate Ninja Storm 3. titre qui apporte avec lui un nouveau contenu, un plus grand nombre de combattants, de légères améliorations graphiques et toute l’action de cette série réussie manganime.

Bien qu’il existe des opinions pour tous les goûts, Naruto est l’un des manganimes les plus populaires de tous les temps avec Dragon Ball et One Piece. Ou du moins, c’est en territoire occidental. C’est pourquoi Namco Bandai ne cesse de presser au maximum cette licence appétissante et juteuse avec des jeux de toutes sortes… mais jusqu’à présent toujours loin du PC. Cependant, les temps changent et ce qui paraissait autrefois impossible est maintenant une réalité. Et l’une des bonnes, d’ailleurs, toujours avec des nuances.

Car s’il est vrai que c’est une meilleure adaptation que Dark Souls, les Japonais n’ont toujours pas le pouls du PC, tant sur le plan technologique que sur celui du système de contrôle avec clavier et souris, comme on le verra plus loin. Mais soyez assurés, car le résultat final, s’il n’est pas parfait, est à la hauteur des circonstances, honorant la haute qualité exigée de tout travail basé sur le manga de Masashi Kishimoto. Et il le fait avec une production majeure, un jeu d’action et de combat qui conserve toute l’essence de la célèbre franchise Ninja Storm.

 

L’aventure ultime

Bien qu’à première vue, Naruto Shippuden : Ultimate Ninja Storm 3 n’est pas le jeu de combat typique qui limite son offre jouable aux combats traditionnels contre la machine ou d’autres joueurs sur le même ordinateur ou sur Internet. Ce qui, bien sûr, est le cas. Cependant, le travail de CyberConnect2 se distingue par l’énorme quantité de contenu jouable qu’il offre, avec des personnages, des objets, des cartes, des titres honorifiques, des secrets, etc. auxquels il faut ajouter un mode Histoire remarquable et original appelé Aventure Définitive. Et du moins de notre humble point de vue, c’est une modalité très attrayante, excitante, originale et très addictive qui satisfera l’anxiété de vos fans.

Le début est tout simplement incommensurable. Dans ce prologue, nous avons assisté et pris parti dans deux combats simultanés entre Minato et Madara d’une part, et le troisième Hokage et les Nine Tails d’autre part. Ces batailles servent de tutoriels du jeu et expliquent les détails du système de combat, dont nous parlerons plus tard, mais l’important est qu’il s’agit d’une antichambre exquise et un amuse-gueule pour tout ce qui vient après. Vous pouvez voir que CyberConnect2 s’est efforcé de donner vie à un mode histoire vraiment grand, en écoutant les plaintes des utilisateurs de console qui ont vu comment ils ont été laissés sans une telle option dans le passé Naruto Ultimate Generations.

Du point de vue de l’intrigue, cette option inclut la Quatrième Grande Guerre Ninja, l’un des moments les plus intéressants de la série pour beaucoup de ses inconditionnels, bien que cette intrigue soit entrelacée par certains flash-back qui ont parfois à voir avec le passé du village caché de la feuille, Konoha. Évidemment, nous n’allons pas entrer dans les détails de l’argument de ne pas le « faire exploser » à ceux qui ne l’ont pas encore apprécié dans la série originale de manganèse, mais ce que nous pouvons vous dire c’est qu’il est très fidèle à ce qui a été conçu par son créateur Masashi Kishimoto avec l’introduction de certaines « licences » occasionnelles.

 

Se battre et décider

Tout au long de ce mode Aventure Définitive, nous devons nous engager dans de nombreuses batailles avec un très grand nombre de personnages contrôlables. Naruto, Sarutobi, Minato ou Sasuke ne sont que quelques exemples des types qui peuvent être vus en action dans cette modalité, qui nous offre un bon nombre de caractéristiques et de fonctions très frappantes.

Et parmi toutes ces décisions, celle qui a le plus retenu notre attention est l’intégration des décisions dites définitives : en quoi consistent-elles ? Eh bien, fondamentalement, ce sont des voies différentes que le titre nous propose de choisir d’une manière ou d’une autre, étant divisé en deux catégories différentes : Héros ou légendes. En fonction de ce dernier facteur, la difficulté de chaque épreuve est délimitée (celles correspondant au parcours de la Légende sont plus compliquées que celles du Héros), obtenant des points de chacune des pistes à chaque fois que l’on termine une de ces épreuves. Et ces points nous permettent d’accéder à différents bonus tels que l’accès à plusieurs palettes d’objets.

Inutile de dire que cette nouvelle fonctionnalité louable donne au jeu un intérêt majeur et, mieux encore, une rejugabilité très perceptible, étant nécessaire pour jouer plus d’une fois ce mode dans son intégralité pour profiter de tous les combats et événements qu’il contient.

 

Mais ce n’est pas tout. Les désormais célèbres scènes QTE qui se réunissent pendant les combats reviennent plus fortes que jamais dans cette édition du jeu, s’appelant Interactive Actions. Ces séquences ont gagné beaucoup en spectacularité et ont également été mises en œuvre d’une manière plus naturelle au cours des combats, résultant en un gameplay plus fluide et aussi plus varié.

Mais il ne s’agit pas seulement de se battre dans cette modalité. Dans de nombreux moments du jeu, nous pouvons errer librement à la fois dans Konoha et dans de nombreux autres scénarios que nous visitons à mesure que nous progressons dans le jeu. Et ce faisant, il est possible de dialoguer avec plusieurs personnages, de trouver de l’argent (Ryo) et bien d’autres secrets, d’entrer dans bon nombre de magasins, d’acquérir de nouveaux articles et, surtout, d’effectuer des tâches importantes et des commandes secondaires qui, dans cette édition Full Burst, sont devenus dignes d’attention avec 100 nouvelles missions et leurs séquences vidéo correspondantes.

Sans aucun doute, Definitive Adventure est une option qui comblera complètement les fans de la série originale, mais cette option ne présente-t-elle pas des inconvénients ? Oui, mais ils sont mineurs. La principale est liée au rythme de cette modalité, qui est trop irrégulière. Nous entendons par là que, selon le chapitre dans lequel nous nous trouvons, nous pouvons assister et participer à des séquences vraiment choquantes et très dynamiques ou, au contraire, assister à de longues conversations entre personnages qui peuvent prendre plus de 10 ou 15 minutes. Et pour cette raison, il y aura des utilisateurs qui trouveront ces scènes un peu ennuyeuses.

D’autre part, certaines des missions dans lesquelles nous prenons parti (en particulier les ordres secondaires) sont quelque peu décaféinées, servant plus de  » remplissage  » que toute autre chose de plus substantiel. Mais avec tout cela, nous insistons sur la valeur de cette modalité d’Aventure Définitive, qui malgré tout est très amusante et passionnante.

Options supplémentaires

Il est clair que la reine incontestable des modalités intégrées dans ce titre est celle que nous venons de vous expliquer en détail, mais cela ne l’enlève pas pour que nous puissions aussi en profiter d’autres complémentaires.

La première est le jeu libre, une option qui est divisée en trois sous-modalités différentes et bien définies telles que l’entraînement, le tournoi et le duel. Toutes ces disciplines sont assez traditionnelles et n’ont donc pas besoin d’explications supplémentaires, ce qui signifie simplement qu’entre elles parvient à augmenter la durée de vie utile du jeu.

Cependant, le mode en ligne complet du titre contribue de manière plus définitive à cet objectif, en nous offrant une multitude d’options différentes. Les principales sont Equal Match et Player Match, permettant de choisir entre plusieurs caractéristiques de configuration différente (filtre par régions, jeu seul ou en équipe…).

Comment ce mode en ligne fonctionne-t-il dans la pratique ? Malheureusement, pas aussi bien que prévu. Ou du moins pas la plupart du temps. Parce qu’il y a trop d’erreurs de déconnexion que nous avons rencontrées, auxquelles il faut ajouter des problèmes de latence dans la connexion, qui font que le cours de ces affrontements est truffé d’incidents. Ce n’est pas toujours le cas, mais étant donné le grand nombre de plaintes qui ont été déposées dans la communauté PC, il est clair que Namco Bandai devrait prendre des mesures pour régler ces problèmes. C’est difficile à dire à ce stade. Heureusement, même si ce n’est pas une consolation valable, nous avons toujours la possibilité de jouer à plusieurs dans la même équipe.

Des combats choquants

La spectacularité et l’intensité des combats est l’une des caractéristiques de la série Ultimate Ninja Storm, mais nous devons admettre qu’une fois de plus nous avons été vraiment surpris de voir à quel point ils sont choquants, divertissants, tactiques et dynamiques. Toutes les batailles se déroulent dans différents scénarios recréés en 3D (une quarantaine au total, une vraie barbarie), des sables qui présentent une taille plus que généreuse et qui nous permettent de nous déplacer avec une aisance totale, bénéficiant d’un suivi par l’extraordinaire caméra.

Le système de contrôle, vraiment complet, profond et bien conçu, est ce qui rend ces combats si excitants. Qu’est-ce qui s’explique si l’on tient compte du fait que cette formule de jeu a déjà été peaufinée depuis plusieurs années. Mais comment jouez-vous ? Vous vous poserez des questions sur les bleus de ces dortoirs. En prenant un contrôleur comme référence, puisque profiter de l’action de ce Naruto avec clavier et souris n’est pas aussi confortable qu’on pourrait s’y attendre – plus à cause de la paresse des développeurs qu’à cause des limitations de ce périphérique -, il faut être clair qu’il faut utiliser tous les boutons qui font partie du pad, au moins si on veut dominer et utiliser toutes les actions qui sont en mesure de fournir les protagonistes.

 

Les grèves de base, les attaques spéciales qui utilisent l’énergie intérieure (Chakra) des ninjas, les shuriken et kunais lancés, les mouvements défensifs ou l’utilisation au combat de toutes sortes d’objets ne sont que quelques-unes des manœuvres et actions qu’il est possible de réaliser pendant les combats. Une fois que vous avez appris toutes les techniques, le titre est un délice, mais ceux qui n’ont jamais joué à cette franchise feraient bien de s’entraîner correctement en mode Training.

Cependant, les actions les plus importantes et qui, en fin de compte, font généralement la différence entre gagner ou perdre un combat sont les coups spéciaux. Et même si cela n’en a pas l’air, il y a un bon nombre de ces actions, à commencer par les personnages de soutien. A moins que nous ne choisissions autrement, les combats sont toujours menés par des équipes. De cette façon, un seul de ses membres saute dans le sable, mais il est soutenu par deux autres personnages qui peuvent donner un coup de main quand on veut. Pour revendiquer leur présence, il suffit d’appuyer sur l’un des deux boutons supérieurs de la commande, et vous pouvez également spécialiser chacune de ces aides complémentaires entre trois aspects différents : attaque, défense et équilibre (un mélange des deux premiers).

Et pour couronner le tout, il est également possible de faire appel à des combattants de soutien pour déclencher de puissantes attaques d’équipe, des manœuvres très spectaculaires et très puissantes. Mais pour les actions brutales et dévastatrices, il y a d’autres actions, telles que les Techniques Suprêmes. Ces attaques consomment une grande partie de la réserve de chakras de nos ninjas mais, une fois déclenchées, les résultats sont dévastateurs. Et quelque chose de similaire se produit avec le mode d’éveil déjà célèbre, qui nous permet de tourner autour d’une bataille que nous avons presque perdue.
Bref, nous avons trouvé que les batailles étaient vraiment exubérantes et extrêmement vibrantes, des batailles dans lesquelles il est possible de contrôler un immense nombre de types. Il y a environ 25 lutteurs au départ, mais ce nombre augmente incroyablement au fur et à mesure que nous progressons dans les différents modes de jeu, en particulier le mode principal. En fin de compte, vous pourrez profiter de la compagnie de plus de 80 ninjas, presque rien. Et tout cela avec jusqu’à 38 costumes supplémentaires et la présence en tant que personnage jouable de Kabuto en mode Ermite.

Le point négatif, comme nous l’avons dit, est que très peu de travail a été fait avec l’option du clavier et de la souris comme système de contrôle, au point qu’il n’y a aucune configuration par défaut pour ce périphérique. Cela signifie que ceux qui n’ont pas de pad à portée de main, devront configurer une à une toutes les actions du jeu à leur guise, bien sûr. Nous ne garantissons pas que l’expérience de jeu sera aussi satisfaisante qu’avec un contrôleur dans vos mains, car il y a certains types d’actions, comme les combos, qui fonctionnent plus efficacement avec le stick analogique. De plus, l’interface utilisateur ne modifie pas la conception des icônes à l’écran, même lorsque nous utilisons le clavier, ce qui peut évidemment créer de la confusion parmi les joueurs.

Anime Explosion

Depuis quelques années, les utilisateurs de consoles apprécient l’excellent travail de l’équipe de CyberConnect2 qui a permis d’introduire dans le monde des jeux vidéo certaines des séries de manganime les plus populaires sur le marché. Et c’est enfin un fait qui peut également prouver que les joueurs de PC de première main, qui ont certainement devant eux la version la plus spectaculaire et showy de ce titre de combat. Non seulement parce que la version Full Burst apporte certaines améliorations au niveau graphique, avec de nouveaux filtres qui améliorent la spectacularité de l’image et des animations plus fluides, mais aussi parce qu’elle atteint la résolution 1080p, ce qui est une joie. Malheureusement, incompréhensiblement, le taux d’images par seconde a été bloqué à 30 images par seconde, comme c’était déjà le cas à l’époque avec les Dark Souls.

Malgré ce détail, il est impressionnant de voir à quel point tous les personnages qui défilent à l’écran sont beaux. Naruto, Sasuke, Kakashi et compagnie montrent une apparence magnifique, montrant une modélisation 3D détaillée tout en conservant l’essence de manganèse des dessins originaux. Cependant, les plus remarquables d’entre elles sont leurs animations, qui laissent dans les couches les mêmes que celles de la série télévisée. La quantité d’actions et de mouvements que les personnages peuvent fournir est digne d’éloges, jouissant d’une douceur et d’une aisance vraiment louables. Et à cela s’ajoute une impressionnante expressivité, qui montre clairement la personnalité de chacun d’entre eux en permanence et nous aide à entrer plus pleinement dans l’action.

Mais ce qui est le plus remarquable, c’est de les voir exécuter certaines de leurs techniques spéciales, des moments où l’on peut se délecter d’effets spéciaux impressionnants. Explosions, fumées, filtres, jeux de lumière très flashy, distorsions et un long etcetera se rencontrent très souvent à chaque confrontation, ce qui est un vrai régal pour les yeux.

Et pour ne pas être désaccordé, nous ne pouvons passer sous silence les efforts considérables qui ont été déployés pour élaborer chacun des scénarios qui conviennent à chaque bataille. La variété de tous est plus que généreuse, pouvant combattre dans les enclaves les plus célèbres observées dans la série originale comme le village des Feuilles, le repaire d’Akatsuki, la Tour de Garde, la Forêt de la Mort et bien d’autres. La colorimétrie de ces fonds est exemplaire, ainsi que leur solidité et le soin avec lequel ils ont été recréés. La végétation, les boîtes et autres éléments décoratifs, les ponts, les arbres, les bâtiments, les constructions diverses et d’autres éléments servent de décoration parfaite pour insuffler suffisamment de vie à chaque étape.

Tout ce déploiement se traduit par un titre très accrocheur qui, s’il est vrai qu’il n’exploite pas pleinement le potentiel technique d’un PC, il améliore nettement les résultats vus sur consoles. Surtout quand il s’agit de la résolution de l’écran, la 1080p déjà mentionnée. C’est vrai, c’est vrai. Si nous parlons de fluidité dans le taux d’images par seconde, rappelons-nous, fixé à 30 images par seconde, il y a des utilisateurs qui connaissent un certain ralentissement pendant les combats. Quelque chose que nous, avec un ordinateur qui a 6 Go de RAM, une GeForce GTX 770 et un AMD Phenom II 1055T X6 2.8 Ghz, n’avons jamais connu.

Néanmoins, et bien que le jeu ne devrait pas poser de problèmes même dans les équipes de milieu de gamme, il n’aurait pas été plus que cette adaptation de Ultimate Ninja Storm 3 aura un plus grand nombre d’options graphiques que ceux présentés, qui sont essentiellement nulles. Et c’est que nous avons seulement la possibilité de modifier la résolution à l’écran, le format de l’image, d’activer ou non le SincV, ou de réduire légèrement l’aliasing. Insuffisant, comme nous l’avons dit.

Enfin, la section sonore n’altère pas la qualité de la facette graphique. Une fois de plus, chacun des personnages bénéficie d’un doublage majestueux en anglais ou (les plus recommandables) en japonais original, dialogues qui ont été traduits avec succès dans notre langue. La bande son est également très variée, combinant des thèmes calmes pour accompagner les écrans du menu et les moments les plus calmes, avec d’autres beaucoup plus « rockers » qui s’adaptent mieux aux phases du combat. Bref, cette section est encore une fois très importante, ce qui est courant dans la saga.

Pour toutes ces raisons, même si nous sommes à nouveau confrontés à une adaptation qui n’exploite pas tout le potentiel technologique du PC comme il le devrait, la nature unique de ce travail dans un marché tel que celui de la compatibilité en fait un titre plus que recommandable. Surtout si vous êtes fan de Naruto. Parce qu’il s’agit d’un titre vraiment complet, long, visuellement attrayant et plein de personnages et de contenus contrôlables à apprécier.