Gringos

Vous ne le saviez probablement pas : parce qu’on appelle les Américains Gringos.

La bataille d’El Álamo, au Texas, en 1836, les Mexicains vous ont crié GREENS GO (vert, allez) parce que l’armée américaine portait un uniforme vert, Green Go ! (gringo) est resté dans la langue mexicaine.

Pendant la guerre américano-mexicaine de 1845-1847, les soldats américains qui ont envahi le Mexique ont chanté une chanson appelée « greens grow lilacs » en anglais, « Green Grow the Lilacs » d’où vient le mot gringo comme une déformation de cette prière.

Les bataillons américains étaient identifiés par leur couleur. Il y avait donc le bataillon « bleu », le bataillon « rouge », le bataillon « vert », etc.
D’ailleurs, cela me dérange que les Américains disent que l’Amérique est les États-Unis, alors que l’Amérique est tout le continent américain.

Sur le champ de bataille, le commandant du bataillon vert cria « GREEN GO », « GREEN GO », « GREEN GO », « GREEN GO », demandant à son bataillon d’avancer. Les Mexicains imitèrent avec moquerie le cri du commandant et donnèrent le surnom de « GRINGO » à leurs ennemis.
Une autre théorie similaire est que les bataillons étaient identifiés par des couleurs et que le « vert » était désigné pour la frontière avec le Mexique. Les bataillons n’étaient pas simplement appelés « rouges » ou « bleus » mais « manteaux rouges » ou « manteaux bleus » (vestes rouges, vestes bleues) et dans le cas de ceux qui étaient les plus connus au Mexique (les verts) « manteaux verts ». Les Mexicains se moquaient des Mexicains au lieu de prononcer « sourire aux lèvres », ils disaient « sourire gos » ou « sourire gous ».

On dit aussi que plusieurs cow-boys et éleveurs américains cherchaient de l’herbe verte pour leur bétail et leurs chevaux, qu’ils traversaient la frontière avec le Mexique et qu’ils disaient aux habitants où il y avait de l’herbe verte pour leur bétail, mais certains Mexicains se moquaient en l’appelant gringos.